Les dernières tendances voyages !

Une parisienne à Rodrigues, la perle de l’Océan Indien

Surnommée la « Cendrillon » de l’océan Indien, l’île Rodrigues est une belle nonchalante, un diamant brut.

ile-rodrigues-ocean-indien-anse-bouteille-2

D’une superficie de 109 kilomètres carrés, elle émerge au cœur d’un lagon deux fois plus grand. Située à seulement 1h30 de vol de l’île Maurice, mais encore préservée du tourisme de masse, Rodrigues est une île singulière et plurielle. A la fois si proche et tellement différente… Je savais peu de choses à son sujet. Peu importe. Lorsque je voyage, j’aime me laisser surprendre.

L’avantage de voyager seule est dans la rencontre avec l’autre, celui dont on n’attend rien mais qui donne tout, celui qui vous donne la chance d’être à la fois le témoin et l’acteur de moments de sa vie. Tout commence à l’aéroport International de Maurice, où je suis en transit (des heures durant car mon vol pour Rodrigues est prévu en fin de journée) .

ile-rodrigues-plage-de-mourouk-le-soir

Je lis quelques pages en attendant… « Rodrigues doit son nom au navigateur portugais Don Diego Rodriguez. L’île fut découverte en 1528. La population, chrétienne à 98%, est en majorité d’origine africaine. Du fait du métissage, il n’est pas rare d’y croiser des personnes aux cheveux et aux yeux clairs, héritage de colons européens et en particulier de Bretons ! Ce métissage est notamment frappant dans les villages de Baie aux Huîtres et de La Ferme… ».

Je décolle enfin ! Je sympathise avec ma voisine, Marie, une Rodriguaise de 27 ans, étudiante à Paris, et de retour au pays. Elle se marie la semaine suivante, près de Port Mathurin (la capitale), où sa famille est établie depuis des générations. Je la félicite ! Dans sa famille, les femmes piquent l’ourite, ce poulpe au goût délicat très apprécié des locaux. On le cuisine ici à toutes les sauces, en salade, en vindaye, en daube ou encore en cari. Chaque jour, sa mère part traquer la bête, à marée basse, dès le lever du soleil. La manœuvre est dangereuse, car armée de sa seule fouëne pour titiller le poulpe dans sa « case », elle doit souvent en découdre avec les murènes.

L’avion amorce sa descente sur Plaine Corail. La splendeur du lagon qui se détache soudain du bleu intense de l’océan, m’hypnotise un instant. Je vous laisse imaginer la palette de couleurs extraordinaires, oscillant entre le vert menthe à l’eau et le bleu turquoise, qui subliment ses eaux frangées d’écume.

ile-rodrigues-ocean-indien-vue-mer

Puisque résidant les premiers jours à Port Mathurin, je propose à Marie, un matin, d’accompagner sa maman…

Et c’est comme ça qu’équipée d’une paire de bottes de caoutchouc et coiffée du chapeau de paille traditionnel, je me suis retrouvée partageant la pirogue de Jeanne pour rejoindre les zones peu profondes du lagon.

Malgré les oursins et les piqûres du poisson-pierre, Jeanne la vaillante, imperturbable, arpente des kilomètres de récif.

Je l’observe, médusée par tant de hardiesse et de savoir faire. De longues heures s’égrènent ainsi, enlisées toutes deux dans le sable et dans la vase.

ile-rodrigues-port-mathurin-coucher-du-soleil

Une fois débusqué, l’ourite est piqué et enfilé sur une corde, avant d’être exposé au retour sur la plage avec les autres prises, pour être vendu !

Les couchers de soleil sur Anse aux Anglais sont uniques. Parmi les plus beaux du monde.

ile-rodrigues-ocean-indien-port-mathurin-coucher-de-soleil

Aujourd’hui, c’est une autre rencontre. Je me rends chez Marie-Louise, une figure locale de l’entreprenariat au féminin et heureuse propriétaire de la « Villa Mon Trésor ».

marie-louise-villa-mon-tresor-maison-ho%cc%82tes-rodrigues

ile-rodrigues-ocean-indien-la-villa-mon-tresor-maison-dho%cc%82tes

Mon hôte est également une excellente cuisinière. Après la pêche, il serait temps pour moi en effet d’apprendre à faire un « cari zourite » ! Première étape, plonger le zourite pendant 15 minutes dans une casserole d’eau bouillante avec un filet de vinaigre pour enlever la peau. Ôter au préalable les yeux et le bec ! Je laisse à Marie-Louise le soin de procéder à cette étape peu ragoutante.

cari-zourite-ile-rodrigues

De mon côté, je hache les oignons, presse le citron, découpe les tomates en dés puis pile ensemble l’ail, le gingembre et les piments. Et je sale. Dans une marmite, je dore les oignons avec un peu d’huile, ajoute les tomates et les condiments. Je laisse cuire environ 5 minutes. Toujours sous la vigilance de mon professeur, j’incorpore le lait de coco, le curcuma, le miel et le jus de citron et les morceaux d’ourite préalablement découpés. Je couvre le tout avec de l’eau à hauteur des aliments et je laisse mijoter 45 minutes à feu doux 😉 . Moi qui suis, en bonne parisienne, la spécialiste des plats surgelés, je viens de réaliser un exploit, croyez-moi ! À cette occasion, je fais la connaissance de Christophe Meunier, pêcheur à la traîne et artiste peintre de talent, venu en voisin pour déjeuner avec nous.

Il me propose une excursion sur l’île aux Cocos, une réserve naturelle d’oiseaux fantastique. J’accepte avec joie et le retrouve le lendemain matin. J’embarque pour deux heures de traversée, à bord d’une pirogue.

ile-aux-cocos-rodrigues

Je ne me lasse pas d’admirer le littoral, de regarder les pêcheurs dans leurs barques colorées. Il fait un soleil de plomb. Le soleil est ici plus fort qu’à Maurice, l’île étant plus proche de l’Équateur. Le port du chapeau est donc vital ! L’Île aux Cocos est située à 4 km à l’ouest de Rodrigues. Elle se présente comme une longue bande de sable immaculée. C’est sublime !

ile-aux-cocos-rodrigues-sterne

Quatre espèces d’oiseaux marins y sont recensées : des sternes fuligineuses, des sternes blanches, et deux espèces de noddis. Un sentier permet de les observer aisément. La plus élégante est sans conteste la sterne blanche.

ile-aux-cocos-rodrigues-sterne-blanche

ile-aux-cocos-sterne-blanche

Elle est aussi appelée « zoizo la vierge » en créole. Il arrive quelquefois de trouver des nids à même le sol. Dans ce sanctuaire à ciel ouvert, les oisillons et les œufs n’ont rien à craindre.

ile-aux-cocos-rodrigues-noddis

Les cris de tout ce beau monde qui règne en nombre sur ce petit caillou, ne sont pas sans évoquer ce classique d’épouvante d’Alfred Hitchcock : « The birds » !

ile-aux-cocos-rodrigues-island-sterne-couvant-son-petit

L’Île est nantie d’une plage de sable paradisiaque, bordée de cocotiers et de filaos. Idéale pour un pique-nique ! J’ai savouré un poisson-empereur et des patates douces, préparés par Lise, la mère de Christophe. Elle tient « L’Auberge du Lagon Bleu », une table d’hôtes incontournable sur Rodrigues, à Anse aux Anglais.

ile-aux-cocos-rodrigues-christophe-meunier

L’Île aux Cocos est étroitement contrôlée par l’État et nécessite une autorisation pour y accéder. Elle ne peut être visitée dans son intégralité et c’est tant mieux. Il est interdit d’y camper, encore moins d’y allumer un feu et de franchir la zone clôturée réservée aux ornithologues. Enfin, il est demandé de quitter l’île avant 15h…

ile-rodrigues-ocean-indien-stern-ile-aux-cocos

ile-rodrigues-ocean-indien-reserve-ornithologique-i%cc%82le-aux-cocos

De retour à Rodrigues, je pars pour Graviers et « La Belle Rodriguaise », un petit hôtel situé en bordure de mer sur la côte sud-est.

ile-rodrigues-la-belle-rodriguaise-maison-dho%cc%82tes

ile-rodrigues-ocean-indien-la-belle-rodriguaise-piscine

ile-rodrigues-paillotte-plage-de-la-belle-rodriguaise

Je dois rencontrer Françoise (l’heureuse propriétaire), auteure d’un célèbre livre de recettes traditionnelles. Chaque soir, Françoise et son équipe servent aux visiteurs des spécialités locales, à base de produits issus de l’exploitation agricole voisine et du potager maison. Au programme des réjouissances : achards de papaye et de légumes, zourites au curcuma, et une fabuleuse tourte fourrée à la noix de coco fraîche et parfumée à la cannelle. Mais ce n’est pas terminé !

La soirée se prolonge avec des danses de « séga tambour ». Ici, tout le monde chante, danse ou joue d’un instrument. À la différence du séga mauricien, le séga rodriguais s’est imprégné de l’héritage colonial. Certains noms sont d’ailleurs évocateurs : le « laval » pour la valse, le « séga quadrille » ou encore le « séga kordéon ». Aux siècles derniers, le clergé n’appréciait guère le séga tambour, perçu comme une danse païenne voire diabolique.

En revanche, l’accordéon était le bienvenu. D’où le syncrétisme que l’on peut constater aujourd’hui. Je ne résiste pas à l’appel de cette musique entraînante à souhait et me fends d’un pas de danse, une valse façon séga. Quelle soirée !

Le lendemain, je me rends à la plage située en contrebas de « La Belle Rodriguaise » pour me baigner. Je suis seule ou presque… Quelques chèvres viennent me regarder m’ébattre dans le lagon 😉 .

ile-rodrigues-ocean-indien-chevre-sur-la-plage-la-belle-rodriguaise

Ile rodrigues ocean indien plage 2

ile-rodrigues-ocean-indien-chevres-sur-la-plage-graviers

ile-rodrigues-ocean-indien-plage-de-la-belle-rodriguaise

Je deviens l’attraction locale, un comble ! Plus tard dans la journée, je pose mes valises au « Mourouk Ebony », un hôtel situé sur la côte sud-est. Ses bungalows s’ouvrent sur une petite terrasse face à la mer. Le soir, j’y sirote une citronnade face au soleil couchant. La magie opère !

ile-rodrigues-ocean-indien-bungalow-mourouk-2

ile-rodrigues-ocean-indien-bungalow-mourouk

Ile rodrigues hotel mourouk ebony

Le jour d’après, dès 6h, j’ai rendez-vous avec Benoît pour une plongée bouteille. C’est l’un des meilleurs moniteurs de plongée de l’île (avec Jacky !). Cela fait presque 20 ans qu’il a quitté Maurice, son île natale, pour s’établir à Rodrigues et y monter le « Bouba Diving Center ». Avec lui, pas de risque de se retrouver avec une palanquée de 6 personnes. Le confort et la sécurité des clients priment, lesquels, au fil des saisons, finissent par devenir des amis.

« Bouba » n’a pas son pareil pour vous faire découvrir la richesse de la faune et de la flore sous-marine : poissons-feuille, syngnathes, poissons-pierre, poissons-scorpion à bosse, et murènes juvéniles javanaises… La plus belle plongée faite depuis longtemps !

benoit-de-baize-bouba-diving-ile-rodrigues

Après le déjeuner, je rejoins Willy pour mon cours de kitesurf. J’ai découvert ce sport une première fois à l’île Maurice, au Morne Brabant exactement.

Le lagon rodriguais possède l’avantage de combiner un plan d’eau plat et des vagues de récif. De quoi varier les plaisirs et me permettre de tirer quelques bords. On a pied très loin dans le lagon, même à marée haute, ce qui facilite la manipulation de l’aile. Car il faut pouvoir la maintenir au zénith avant de réussir à se hisser sur la planche.

Ile rodrigues ocean indien kite

Les alizés soufflent side on bâbord ce jour-là. Après 20 minutes de nage tractée, je parviens enfin à rider sous les hourras de mon coach. Au bout d’une heure, je suis exsangue mais heureuse 😉 .

Ile rodrigues ocean indien ifko

Un riche mécène mauricien, Owen Griffith, a financé une ferme pour réintroduire des tortues terrestres, devenue « La réserve François Leguat ». Ces géantes sont originaires de l’atoll d’Aldabra, aux Seychelles.

ile-rodrigues-la-reserve-de-tortues-francois-leguat

On sait toutefois qu’elles peuplaient déjà l’île aux 17ème et 18ème siècles, avant d’avoir été décimées par les navigateurs qui les capturaient pour constituer des réserves de viande en prévision de leurs longs périples.

Les plus gros spécimens, âgés de 300 ans, atteignaient plusieurs centaines de kilos. On dénombrait à l’époque plus de 300 000 tortues sur Rodrigues !

ile-rodrigues-ocean-indien-tortue-reserve-francois-leguat

On y voit ici des tortues de toutes tailles, évoluer en liberté. Plus d’un millier ! Et ce nombre est en augmentation régulière, d’environ 200 par an. Certains spécimens ont déjà 100 ans.

ile-rodrigues-ocean-indien-la-reserve-de-tortues-de-francois-leguat

Le lendemain, c’est avec la pétillante Marie-Paule que nous partons pour une balade le long du littoral à la découverte de la faune et de la flore rodriguaise. Marie-Paule fait partie de ces jeunes femmes au caractère bien trempé, bien résolue à prendre son destin en mains.

En instance de divorce, mère de deux enfants, elle a fondé seule Eco-Ballade. Une petite société qui propose d’organiser des balades éco-responsables pour les touristes de passage sur l’île.

ile-rodrigues-ocean-indien-marie-paule-eco-balade

Ile rodrigues ocean indien maire paule eco balade et valerie komingup

ile-rodrigues-ocean-indien-anse-bouteille

ile-rodrigues-ocean-indien-anse-bouteille-3

ile-rodrigues-ocean-indien-piqueur-ourites

ile-rodrigues-ocean-indien-marie-paule-eco-ballade-et-val-komingup-photo-joey-nicles

Après la balade, direction LE marché de Port Mathurin ! C’est le marché de Rodrigues à ne manquer sous aucun prétexte.

ile-rodrigues-ocean-indien-valerie-port-mathurin

Un conseil, allez-y le samedi. C’est un festival d’étals de fruits, légumes, de sourires et de bonne humeur. On y rencontre des festivaliers du Kitesurf venus faire des emplettes faute de vent, des élégantes faisant leur marché…

ile-rodrigues-ocean-indien-marche-de-port-mathurin-fruits-de-la-passion-2

ile-rodrigues-ocean-indien-marche-de-port-mathurin-2

ile-rodrigues-ocean-indien-artisanat-local

ile-rodrigues-ocean-indien-petite-fille-rodriguaise

ile-rodrigues-ocean-indien-marche-de-port-mathurin

ile-rodrigues-ocean-indien-crepe-locale

ile-rodrigues-ocean-indien-pe%cc%82che-du-jour-marche-port-mathurin

ile-rodrigues-ocean-indien-pe%cc%82cheur

Ile rodrigues ocean indien valerie et les festivaliers du kitesurfing festival

ile-rodrigues-ocean-indien-vanneries

La matinée se termine par un pique nique couleur local sur une petite île. Au programme, rhum et pêche du jour. La voile du bateau fait office de parasol et…de parapluie 😉

ile-rodrigues-ocean-indien-valerie-et-nico-i%cc%82le-aux-cocos

ile-rodrigues-ocean-indien-pe%cc%82cheur-nico-i%cc%82le-aux-cocos

ile-rodrigues-ocean-indien-barbecue-sur-ilot

ile-rodrigues-ocean-indien-barbecue-sur-i%cc%82lot

Je m’apprête à boucler ma valise pour rentrer à Paris. J’ai croisé tant de beaux sourires sur ma route que je ne saurais en choisir qu’un seul ! Faut-il donc que je les aime tous ? Oui, oui 😉 .

A lire aussi :
Carnet de voyage d’une parisienne au Tekoma Boutik HotelUn festival de Kitesurf haut en couleurs !
Air Mauritius, la compagnie aérienne qui annule ses vols sans prévenir ses passagers 😉



Blogueuse voyage depuis 2008 et globe-trotteuse dans l'âme, j'aime dénicher de nouvelles adresses. Entre 2 voyages, je suis consultante en référencement naturel et accompagne les marques dans leur stratégie de contenu. J'étudie toute proposition commerciale décente à l’adresse suivante : valerie (dot) komingup (at) gmail (dot) com. Rédaction de contenus éditoriaux, placements produits, communication digitale, tests de produits, bannières publicitaires… Contactez-moi, et discutons !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RESTEZ CONNECTÉ, INSCRIVEZ-VOUS A LA NEWSLETTER

bela-vista-hotel

Et recevez toute l'actu du voyage avec Koming Up !