Les dernières tendances voyages !

Brest, la destination tendance du Finistère à bientôt 3h de Paris

Oubliez vos idées reçues sur Brest et courez y passer un week-end! Dès juillet, Brest sera à 3h de TGV de Paris, l’occasion de partir à la découverte de cette cité maritime nichée dans l’une des plus belles rades de France.


Parmi les idées reçues sur Brest, on s’imagine qu’il y pleut quasiment toute l’année, que la ville est triste, à l’architecture « communiste » avec ces façades grises, ces formes géométriques et ces grands boulevards.

La réalité est toute autre. Je soupçonne nos  amis brestois d’entretenir cette légende urbaine pour éviter un débarquement de masse des touristes et préserver leur ville de tout envahisseur 🙂
Commençons par la météo. Saviez-vous qu’il pleut davantage sur une année au Pays Basque qu’à Brest ? Et c’est le cas pour l’ensemble de la Bretagne.

Certes, la ville de Brest a subi les bombardements de 1944, mais aujourd’hui sa particularité est ailleurs. Détruite à plus de 90%, les bombardements de la seconde guerre mondiale ont toutefois épargné le château, la tour Tanguy, des parties de Recouvrance, ainsi que les faubourgs.

Ainsi quelque soit le quartier où l’on se balade, il n’est pas rare de voir apparaître au détour d’une rue une maison brestoise typique du 18e ou de l’époque Art Nouveau, Art Déco (les années 30) épargnées par les bombardements de 1944.

Les témoins de l’architecture moderne de l’entre-deux guerre sont rares mais d’une grande qualité ! L’hôpital Augustin Morvan (proche de la place de la Liberté) réalisé par les architectes Raymond Lopez et Raymond Gravereaux en 1936, et la gare conçue par Urbain Cassan sont les deux plus remarquables représentants de cette époque. Quelques immeubles privés sont à l’unisson dont notamment les immeubles d’Aimé Freyssinet 24 boulevard Gambetta et 27 rue d’Aiguillon.

Le modernisme s’oppose ainsi aux vestiges de Vauban. En 1694, après l’achèvement de l’enceinte qu’il a conçue pour Brest, Vauban trace un plan idéal qui fait autorité pendant un siècle.

Résolument tournée vers le futur, Brest vous surprendra par des constructions aussi impressionnantes que le pont de l’Iroise. Chevauchant l’Elorn, ce magnifique pont à haubans inauguré en 1994 est une prouesse technique !

Ci-dessous quelques clichés pris lors de mon séjour brestois qui met en perspective ce parallèle architectural au cœur de la ville.

Devant sa célébrité aux chansonniers, marins et poètes à commencer par le poète Jacques Prévert dans son poème Barbara et plus récemment par les artistes Miossec et Nolwenn Leroy, la rue de Siam est un incontournable si vous passez par Brest. Artère principale du centre ville de Brest, elle doit son nom actuel au débarquement de trois ambassadeurs du roi de Siam le 18 juin 1686.

Accompagnés de six mandarins, trois interprètes, deux secrétaires et une vingtaine de domestiques, chargés de nombreux présents, ils venaient rendre visite au roi Louis XIV à Versailles. Venus par mer, ils avaient voyagé à bord des navires l’Oiseau et la Maligne.

Empruntant à pied la rue Saint-Pierre pour se rendre à l’hôtel du même nom, ils émerveillèrent les Brestois qui rebaptisèrent leur rue. La rue de Siam d’avant la Seconde Guerre mondiale était bien plus étroite que l’artère actuelle, le centre-ville ayant été détruit quasiment en totalité par les bombardements alliés et les bulldozers de la Reconstruction.

La rue de Siam est connue des marins du monde entier. Ceux qui ont fait escale au moins une fois à Brest, se souviennent toute leur vie de cette rue au nom court, facile à retenir.

Ne passez pas rue de Siam sans faire un arrêt à LA fabrique de chocolats de Brest, « Histoire de Chocolat ». La boutique de Jean-Yves Kermarec, c’est l’histoire d’un Breton amarré à Brest depuis 25 ans.

Jean Yves Kermarec est passionné par la mer d’Iroise et par l’histoire de Brest terre de marins. Explorateur de saveurs, il puise son inspiration dans les produits d’exception issus de la Bretagne tels que le fabuleux miel de l’ile d’Ouessant ou encore le sel de Guérande.

Il associe avec excellence ces trésors bretons aux grands crus de chocolat et aux épices ramenées du bout du monde . Ainsi Jean Yves Kermarec nous raconte l’histoire de la Bretagne à travers des recettes inédites. A son bord un équipage de chocolatiers et de passionnés.

Chaque chocolat a une histoire authentique, une histoire qui s’inspire du littoral breton et qui traduit toute la poésie qui s’en dégage. Chaque chocolat créé par Jean Yves et son équipage porte le nom d’un navire ayant marqué l’histoire de Brest. Pour ma part j’ai totalement fondu pour sa pâte à tartiner joliment nommée « les Bidochigs » qui détrône largement toutes les pâtes à tartiner du commerce. Succulent et régressif 🙂


Au-delà de cette effervescence d’idées, c’est un savoir faire reconnu et un souci du détail qui rendent les créations si succulentes et qui font de chaque dégustation un moment d’exception ! Bonne nouvelle, vous pouvez aussi shopper ses chocolats sur le site internet Histoire de Chocolat. Plus d’excuses pour ne pas savourer les fameux Bidochigs 😉

A quelques mètres de la rue de Siam et de la chocolaterie de Jean Yves Kermarec, l’église Saint-Louis de Brest. Faites une halte ne serait-ce que pour admirer son architecture résolument moderne typique des années cinquante. L’église Saint-Louis de Brest a été érigée pendant la reconstruction de Brest, après la Seconde Guerre mondiale sur les ruines de l’ancienne église Saint-Louis, construite entre 1686 et 1785. L’église est consacrée au roi Louis IX de France, dit Saint Louis.

La nouvelle église construite entre 1953 et 1958 après concours par le groupe d’architectes Yves Michel, Jean Lacaille, Jacques Lechat, Yves Perrin et Hervé Weisbein. Elle est 10 mètres au-dessus de l’ancienne dont quelques ruines sont toujours visibles dans les sous-sols de l’édifice actuel. L’église Saint-Louis est la plus grande église française reconstruite après-guerre !

Bientôt l’heure du déjeuner, on a rendez-vous avec un personnage haut en couleurs et tout en saveurs (comme je les aime 😉 ). Direction le restaurant Le Ruffé (une institution à Brest) à la rencontre de Thierry Beauvy et Jean Michel Faijean, deux passionnés (c’est rien de le dire !) qui vous serviront une cuisine du terroir privilégiant les petits producteurs locaux et bio.

Ce que j’ai tout de suite apprécié en arrivant dans leur restaurant Le Ruffé, outre la déco sobre et privilégiant les couleurs et matériaux naturels, ce sont ces grandes photos des agriculteurs, apiculteurs, producteurs de vins et artisans partenaires du Ruffé. Le ton est donné ! Le dénominateur commun outre la passion qui anime toute l’équipe, l’amour : d’une agriculture raisonnée et bio, des bons produits, des animaux, de son métier. Le Ruffé, d’une certaine manière est une passerelle entre les petits producteurs et le consommateur. Le passeur, c’est Thierry. Quel conteur ! Faut l’écouter quand il vous parle de ses agriculteurs, de leur métier.

Vous ne trouverez au Ruffé que des « petits » vins…grands en bouche 😉 . La sélection est fine, hors des sentiers battus et surprenante. Laissez-vous guider par ce grand passionné des vins, rare spécialiste des petits producteurs. Il saura à merveille quel vin pour quel plat.

Le Ruffé s’est métamorphosé en 2015 en un bistrot chic ou la cuisine classique a laissé place à une cuisine simple, authentique et conviviale à l’image des actuels propriétaires Thierry Beauvy et Michel Faijean.

Les nappes ont été retirées laissant ainsi apparaitre la matière brute, la décoration est moderne, épurée et sur les murs on découvre des portraits des producteurs, des agriculteurs et des artisans qui fournissent le restaurant. C’est bon, c’est beau et c’est pas cher !

Thierry Beauvy et Jean Michel Faijean défendent avec ferveur et passion une cuisine traditionnelle Bretonne et les produits du terroir de qualité. Ils sont également membres du «Guide des Restaurateurs de la Pointe de Bretagne» qui met en avant la route touristique gastronomique du Finistère.

Ne quittez pas Brest sans faire une pause déjeuner au restaurant Le Ruffé : 1 bis rue Yves Collet 29200 BREST / le-ruffe@wanadoo.fr / 02 98 46 07 70. Vous allez vous régaler !!!

 

 



Blogueuse voyage depuis 2008 et globe-trotteuse dans l'âme, j'aime dénicher de nouvelles adresses. Entre 2 voyages, je suis consultante en référencement naturel et accompagne les marques dans leur stratégie de contenu. J'étudie toute proposition commerciale décente à l’adresse suivante : valerie (dot) komingup (at) gmail (dot) com. Rédaction de contenus éditoriaux, placements produits, communication digitale, tests de produits, bannières publicitaires… Contactez-moi, et discutons !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RESTEZ CONNECTÉ, INSCRIVEZ-VOUS A LA NEWSLETTER

bela-vista-hotel

Et recevez toute l'actu du voyage avec Koming Up !